C'est Comme Une Agence - Identité de marque, Social Média, Création de sites web, Fidélisation / CRM, Brand Contents (online et print), évènementiel sur mesure.

MENU

L’ Überisation, une tendance de fond


Vous en avez entendu parler tout l’été.

Revenons donc sur un phénomène qui va bien au delà d’un simple succès commercial.

Il traduit avant tout des changements de tendance dans le comportement des français.

D’après L’Observatoire des Français de Sociovision*, cinq tendances se dessinent fortement :

  1. Les français sont de plus en plus impatients

Les usagers d’ Uber, interrogés par Sociovision sont unanimes : le succès d’Uber repose avant tout sur la simplicité de son application. Rapide à installer, rapide à comprendre, rapide à utiliser.

« Or, nos compatriotes ont aujourd’hui une obsession : ne pas perdre leur temps », constate Rémy Oudghiri, directeur général adjoint de Sociovision.

54% d’entre eux reconnaissent être « sans cesse à la recherche de nouveaux moyens de gagner du temps ».

Nous, français, attendons que notre quotidien soit sans cesse simplifié, nous devenons partisans du moindre effort (si ce n’était déjà le cas avant). C’est la raison pour laquelle, malgré leur attachement au contact humain, ils ont par exemple fini par adopter les caisses automatiques. 55% les ont déjà utilisées, et parmi ceux qui ne l’ont pas encore fait, la marge de progression est importante.

Un autre fait vient appuyer cette thèse de l’impatience. Depuis la fin des années 90, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir nous décider rapidement sur des sujets majeurs de nos vies : travail, logement, couple…

  1. Les Français sont de plus en plus francs-tireurs

Le contournement des règles est érigé en valeur positive. Un nouvel état d’esprit pointe le bout de son nez ( On salue le succès d’ Uber, Blablacar, Airbnb, …)

Si à l’étranger, notre réputation a bien souvent été celle ci, ce penchant s’accentue nettement ces dernières années. En espérant que ce soit pour le meilleur… Mais de plus en plus convaincus de l’impuissance de notre système économique et social, nous pensons que pour «  réussir », il faut savoir se « débrouiller », une tendance largement accélérée par la crise économique.

D’une manière générale, il y a de plus en plus de Français qui valorisent une attitude franche et directe. En 2005, ils n’étaient que 18% à admettre aimer « mettre les pieds dans le plat, ne pas respecter les règles sociales ». Ils sont 34% aujourd’hui. Ce chiffre grimpe même à 43% chez les moins de 25 ans.

  1. Les Français exigent de plus en plus respect et transparence

Uber a réussi son entrée sur le territoire français en répondant à des attentes fortes des usagers auxquelles les taxis ne prenaient plus en compte : service et confort (propreté de véhicules, recharge téléphone, politesse, …).

Le besoin de respect est de plus en plus fort.

Ainsi, quand on leur soumet une liste de mots qui leur tiennent à cœur, 62% de nos compatriotes placent ils en premier le mot « respect », devant celui de « liberté » » (46%) ou celui de « confiance » (43%).

Une preuve de respect consiste ainsi dans la transparence de la relation ou de la transaction. Nous vous avions déjà évoqué cela dans les grandes tendances qui devaient compter pour les marques en 2015. Uber affirme que ces consommateurs ne payent que leur consommation par exemple… 

  1. Les Français sont de plus en plus favorables aux circuits courts

«Nous sommes ainsi entrés dans la société du court-circuit», affirme Sociovision. Se passer d’intermédiaire devient une norme. Pour payer moins cher, mais aussi pour des raisons de confiance. Plus l’achat est direct, plus le sentiment de transparence est fort. De ce point de vue, Uber participe de la tendance à la « désintermédiation » de l’économie en mettant directement en contact des chauffeurs et les clients.

Cette tendance se voit de plus en plus dans le domaine des courses alimentaires. De plus en plus de Français prennent l’habitude d’acheter leurs produits auprès des producteurs (46% l’ont fait au cours des six derniers mois en 2014 et 54% comptent le faire dans les années à venir). Ils évitent ainsi les distributeurs traditionnels soupçonnés de dissimuler leurs marges.

Le succès d’Uber confirme aussi, ajoute le directeur général adjoint de Sociovision, que « la culture du réseau est désormais bien ancrée dans les habitudes des Français ». Ils sont de plus en plus nombreux à penser que se mettre en réseau avec d’autres particuliers est une manière de trouver des solutions concrètes à leurs problèmes. Les pratiques collaboratives se développent précisément sur cette base et une nouvelle économie est en train de voir le jour. Les grands économistes parlent d’une révolution économique comparable aux grandes révolutions agricoles ou industrielles.

  1. « Ubérisation » = « Free-lancisation »

Enfin, il est maintenant bon d’entreprendre ! La jeune génération (mais aussi les plus âgés aujourd’hui), pas le Y, celle encore après, pense qu’il est souhaitable de créer et de se mettre à son compte. 71% des français partage cet avis. 56% des moins de 35 ans se verraient «  créer leur propre affaire », un chiffre en constante augmentation depuis les années 90.

Et au délà de cela, disposer d’une ressource supplémentaire est maintenant perçu comme normal. Si l’état ne peut plus aider, aidons nous nous même !

« Les tendances à l’origine de la réussite d’Uber ne sont pas près de s’arrêter. Même si Uber disparaît un jour, celles-ci poursuivront leur dynamique », conclut Rémy Oudghiri. « Dans les années à venir, on assistera à une demande de plus en plus forte pour plus de transparence dans les relations avec les entreprises, les institutions, les politiques ; plus de considération en tant que client, citoyen, consommateur ; plus d’immédiateté dans les services et l’accès à l’information ; plus de souplesse dans les relations en général. Le tout porté par l’irrésistible croissance du monde digital ».

Des nouveaux comportements à prendre en compte dans la manière de nous adresser à nos consommateurs !

*Ces analyses reposent sur les données collectées à travers l’Observatoire des Français de Sociovision. Depuis 1975, celui-ci interroge chaque année un échantillon représentatif de 2000 Français âgés de 15 à 74 ans sur de très nombreuses dimensions : valeurs, opinions, état d’esprit, travail, loisirs, modes de consommation, etc.